Comment créer une filiale à l'étranger ?

journaliste à La Tribune

Vous voulez développer votre activité en vous exportant ? Il existe plusieurs moyens de s'implanter dans un pays, parmi lesquels la filiale. Celle-ci permet une plus grande autonomie aux équipes sur place.

 

Qu'est-ce qu'une filiale ?

Le développement de votre activité à l'étranger est une grande étape dans la vie de votre entreprise, qui pourra grandir de manière significative grâce à l'obtention de nouveaux marchés. Plusieurs options s'offrent à vous pour vous implanter dans un pays :

  • ouvrir un bureau de liaison, dont l'objectif est de réaliser des études de marché et de vous faire connaître sur place,
  • recruter un agent commercial, mandataire indépendant chargé de négocier des contrats pour vous,
  • ouvrir une succursale, qui constitue un établissement secondaire, entièrement dépendant de la maison-mère.

 

Si vous souhaitez allouer des moyens importants dès le début de votre implantation, vous pouvez ouvrir une filiale. Il s'agit d'une entreprise indépendante, avec sa propre personnalité juridique et disposant de la nationalité du pays où elle est située. Son capital est possédé à hauteur de 50 % minimum par votre société, appelée dans ce cas société-mère.

 

La filiale dispose d'une plus grande autonomie que la succursale. Elle est indépendante économiquement, ce qui signifie que ses bénéfices sont imposés selon la réglementation du pays d'implantation et qu'elle répond seule de ses dettes. Elle agit par ailleurs en son propre nom. Le plus souvent, la société-mère fixe des objectifs à atteindre, lui laissant une totale liberté sur les moyens à engager pour y parvenir.

 

Ouvrir une filiale à l'étranger

L'ouverture d'une filiale à l'étranger suit les mêmes règles que la création d'une entreprise locale. Le processus peut être long et coûteux selon les procédures en vigueur dans le pays visé, mais cela vous permet de choisir le bon statut juridique en fonction de vos besoins et de rédiger des statuts sur mesure. Par ailleurs, puisque vous n'êtes tenu de posséder que 50 % du capital de la société, vous pouvez chercher un ou plusieurs partenaires nationaux. Vous réduisez ainsi les frais engagés et vos nouveaux associés apportent leur connaissance du marché local. Certains pays peuvent imposer la présence d'investisseurs locaux au capital d'une filiale.

 

Vous pouvez vous faire accompagner par les Chambres de commerce françaises à l'étranger pour réussir au mieux votre implantation. Elles sont présentes dans plus de 90 pays à travers le monde et soutiennent les entreprises françaises dans leurs démarches locales.

 

Vous pouvez également reprendre une entreprise locale en rachetant suffisamment de parts ou d'actions pour être majoritaire à son capital. Vous bénéficierez alors d'une structure immédiatement opérationnelle et implantée sur le marché visé.

 

Dans tous les cas, la décision de création de la filiale ou du rachat des parts doit être prise par l'organisme compétent au sein de votre entreprise. Ainsi, la direction peut entériner le choix si l'objet social des deux structures est identique. S'ils sont différents, en revanche, il faut convoquer une assemblée générale extraordinaire.

 

Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Venez la poser sur la Communauté !