Comment recruter des salariés expatriés ?

journaliste à La Tribune

Envoyer un employé déjà recruté

Pour développer votre activité à l'étranger, le premier choix qui s'offre à vous est d'envoyer l'un de vos salariés travaillant en France à l'étranger. Pour ce faire, il doit signer un avenant à son contrat de travail précisant le pays d'accueil et la durée de sa mission.

 

S'il s'agit d'une expatriation, l'employé n'est alors plus lié à l'entreprise et dépend entièrement des régimes locaux, en termes d'imposition, mais surtout concernant l'assurance maladie. Il doit être affilié à l'équivalent local de la Sécurité sociale et bénéficie des mêmes droits que les salariés du pays concerné. Il peut toutefois demander à son employeur sur place de l'inscrire à la Caisse des Français de l'étranger (CFE), qui lui permet de bénéficier de la protection sociale française. L'affiliation à l'assurance chômage dépend du pays d'accueil. Hors de l'Espace économique européen (EEE), l'employé est rattaché à Pôle Emploi. À l'intérieur de l'EEE, il dépend du régime local.

 

Dans le cas d'un détachement, le salarié est toujours lié à l'entreprise et reste affilié à la Sécurité sociale française pendant une durée ne pouvant dépasser trois ans dans tous les cas. Son pays d'imposition dépend de la convention fiscale signée entre la France et l'État d'accueil. Enfin, concernant l'assurance chômage, il est soumis aux règles détaillées ci-dessus. La principale différence avec l'expatriation réside dans la durée de la mission : ici, elle est forcément limitée dans le temps.

 

Si vous disposez d'un accord inter-entreprises avec une société à l'étranger, vous pouvez également mettre en place une mise à disposition internationale. L'employé signe alors un contrat de travail local et voit le sien en France suspendu. Lorsque sa mission est finie, il revient dans votre effectif au même poste, et avec les mêmes avantages.

 

Recruter quelqu'un pour la mission

Vous avez aussi la possibilité de recruter quelqu'un spécifiquement pour la mission à l'étranger. Il est alors automatiquement soumis au régime de l'expatriation et non à celui du détachement puisqu'il n'était pas salarié de l'entreprise auparavant. Son contrat, qui peut relever du droit français ou du droit local, doit préciser la durée de la mission et les avantages dont il peut bénéficier, comme une aide financière à l'installation, un logement ou une voiture de fonction, ou encore des trajets réguliers vers la France si sa famille y habite toujours.

 

Vous avez enfin la possibilité de laisser sa chance à un étudiant ou à un jeune diplômé de moins de 28 ans, grâce au Volontariat international en entreprise (VIE). Ce dispositif vous permet de l'embaucher pour une mission de 6 à 24 mois dans presque tous les pays du monde. Sa rémunération est fixée par un barème actualisé annuellement et vous ne payez aucune charge sociale. En effet, tout est géré par l'agence Business France, qui s'occupe de toutes les tâches administratives comme l'affiliation à la Sécurité sociale ou le versement des indemnités.