Employeur : quelles sont les aides à l'embauche existantes ?

Community Manager


iStock Grady Reese - Aides à l'embauche.jpgAides à l'embauche

Vous dirigez votre entreprise et vous souhaitez embaucher des salariés pour développer votre activité. De la formation d'un demandeur d'emploi au contrat de génération, il existe de nombreuses aides publiques en votre faveur. Nous vous proposons de découvrir les principaux dispositifs.

 

L'aide à l'embauche d'un demandeur d'emploi

Vous pouvez obtenir une aide financée par Pôle Emploi si vous vous engagez à former et à embaucher un demandeur d'emploi. Tout d'abord, l'Action de formation préalable au recrutement (AFPR) vous concerne si vous acceptez de l'engager pour un CDD de 6 à 12 mois, en intérim pour au moins 6 mois au cours des 9 prochains mois ou pour un contrat de professionnalisation de moins de 12 mois. Vous bénéficiez alors de 5 euros par heure de formation, dans une limite de 400 heures.

 

La Préparation opérationnelle à l'emploi (POE), elle, est destinée aux embauches à plus long terme. Vous y avez droit si vous vous engagez à former un demandeur d'emploi en vue de l'embaucher en CDI, pour un CDD de plus de 12 mois ou un contrat de professionnalisation ou d'apprentissage de plus de 12 mois. L'aide est du même montant que l'AFPR.

 

Recruter des apprentis

En tant qu'employeur, vous avez droit à de nombreuses aides lorsque vous prenez un apprenti dans votre entreprise. Si vous êtes dirigeant d'une TPE, vous pouvez notamment être exonéré intégralement des charges sociales et obtenir une aide trimestrielle de 1 100 euros s'il est mineur.

 

Pour plus d'informations sur le sujet, n'hésitez pas à lire notre article !

 

La réduction des cotisations patronales sur les bas salaires

Vous pouvez être exonéré partiellement de cotisations patronales, à l'exception de l'assurance chômage, pour l'embauche d'un employé à un salaire inférieur à 1,6 fois le SMIC, soit 15,62 euros de l'heure. Vous êtes concerné si vous dirigez :

  • un Épic (établissement public industriel et commercial),
  • une société d'économie mixte (SEM),
  • une entreprise dont le siège social est situé en France,
  • une association cultuelle affiliée au régime général.

 

Le calcul de la réduction est fait en appliquant un coefficient de réduction au salaire de votre employé. Il dépend du nombre de salariés de votre entreprise : il est plus avantageux pour les sociétés de moins de 50 salariés.

 

Recruter un travailleur handicapé

Il existe de nombreuses aides à votre portée si vous décidez d'embaucher un travailleur reconnu handicapé :

  • l'Aide à l'insertion professionnelle (AIP) : vous touchez une aide de 2 000 euros si vous embauchez un travailleur handicapé de plus de 45 ans en CDI ou pour un CDD de plus de 12 mois,
  •  les aides aux contrats de professionnalisation ou d'apprentissage : si vous embauchez un travailleur handicapé pour au moins 6 mois, vous pouvez obtenir une aide de 1 000 à 7 000 euros suivant la durée du contrat,
  • le contrat initiative emploi (CIE) : destiné au secteur marchand, il vous permet de toucher une aide de 10 300 euros pour l'embauche d'un travailleur handicapé à temps plein,
  • l'aide au tutorat : si vous avez recruté un travailleur handicapé nécessitant un tuteur pour le former, vous pouvez toucher une aide pour financer cette aide. Elle est de 1 000 euros pour les CDD de moins de 12 mois et de 2 000 euros pour les CDD de plus de 12 mois et les CDI.

 

Le contrat de génération

Mis en place en 2012, le contrat de génération vise à maintenir l'emploi des seniors tout en favorisant l'insertion des jeunes dans le marché du travail. Pour en bénéficier, vous devez embaucher en CDI et à temps plein un salarié de moins de 26 ans tout en conservant un employé de 57 ans et plus, ou en embauchant aussi un senior de plus de 55 ans.

 

L'aide, versée par Pôle Emploi, s'élève à 4 000 euros par an pendant trois ans. Elle grimpe à 8 000 euros en cas de double embauche (les deux salariés doivent débuter leur activité à moins de 6 mois l'un de l'autre).

 

Toutes les entreprises sont concernées, mais les règles diffèrent. Celles de moins de 300 salariés ne sont pas tenues de négocier un accord collectif ou un plan d'action. Les autres en ont l'obligation. Ce texte, valable 3 ans, doit contenir des objectifs chiffrés en matière d'insertion durable des jeunes, de maintien des seniors jusqu'à la retraite et de transmission de savoirs et de compétences entre les deux.

 

Les aides dans les zones en difficultés

Enfin, vous bénéficiez d'avantages à l'embauche si votre entreprise est située dans une zone dite en difficulté. Cette notion recouvre toutes les parties du territoire français qui ont besoin d'une redynamisation du marché de l'emploi :

  • en zone de revitalisation rurale (ZRR) : toute entreprise de moins de 50 salariés du secteur industriel, commercial, artisanal, agricole ou libéral (sauf quelques exceptions) bénéficient d'une exonération totale de cotisations patronales pour leurs salariés en CDI ou en CDD de plus de 12 mois jusqu'à 1,5 fois le SMIC, puis dégressive jusqu'à 2,4 fois le SMIC, lors de la première année d'embauche,
  • dans un bassin d'emploi à redynamiser (BER) : jusqu'au 31 décembre 2017, toute embauche d'un salarié jusqu'à 1,4 fois le SMIC dans une de ces zones situées en Champagne-Ardennes ou en midi-Pyrénées entraîne une exonération totale de certaines cotisations patronales (assurance sociale, cotisations familiales et versement transport), pendant 7 ans.

 

Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Posez-la sur la Communauté !