Entreprise : à quoi peut servir le microcrédit ?

journaliste à La Tribune

Le microcrédit professionnel existe depuis plus de 20 ans en France. À qui est-il destiné ? Par qui est-il distribué ? Pour quels usages pouvez-vous vous en servir ? Détails.

 

Le microcrédit, comme son nom l'indique, est un emprunt de faible montant destiné aux créateurs d'entreprises ou aux sociétés ayant du mal à accéder au financement bancaire classique. L'idée provient à l'origine du monde agricole, pour permettre aux exploitants de financer l'achat de matériel ou de surmonter une mauvaise récolte. En France, il en existe de deux types :

  • le microcrédit classique : accordé seul, il ne peut dépasser 25 000 euros,
  • le microcrédit dédié aux fonds propres : il s'agit par exemple des prêts d'honneur octroyés par les réseaux d'accompagnement. Ce sont des emprunts à taux zéro accordés en complément d'un autre financement.

 

Le microcrédit professionnel classique peut vous permettre de financer l'achat de matériel nécessaire à votre activité, la location de locaux ou encore une formation professionnelle vous permettant d'acquérir les compétences nécessaires à la réalisation de votre projet.

 

Les réseaux de microcrédit

On l'a déjà vu, les réseaux d'accompagnement comme Initiative France proposent des prêts d'honneur aux nouveaux entrepreneurs disposant déjà d'autres sources de financement. Si ce n'est pas votre cas, vous pouvez vous adresser à l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie), la première à avoir introduit le microcrédit professionnel en France. Après un premier rendez-vous avec un conseiller pour exposer votre projet, il examine votre dossier et vos capacités de remboursement.

 

Le montant maximal de l'emprunt que vous pouvez obtenir est de 10 000 euros remboursables en 36 mois. En fonction de votre projet, l'Adie peut également vous proposer un prêt d'honneur de 3 000 euros maximum et vous orienter vers une aide publique. Les taux d'intérêt sont fixes, mais évidemment plus élevés qu'un crédit classique : 7,53 % jusqu'à 6 000 euros, puis 6,69 % jusqu'à 10 000 euros. Par ailleurs, l'association demandera à l'un de vos proches de se porter caution, à hauteur de 50 % de la somme.

 

Mais l'Adie ne propose pas que des services financiers. Les entrepreneurs ont également accès à un accompagnement gratuit pour les aider à lancer et développer leur activité dans les règles de l'art.

 

Il existe également des organismes locaux de microcrédit. Créa-Sol, par exemple, est actif en Provence-Alpes Côte d'Azur et en Corse depuis 2005. L'organisme propose un microfinancement aux entreprises locales de moins de 10 salariés et existant depuis moins de cinq ans. L'initiative, lancée par la Caisse d'Épargne régionale, a essaimé, et les autres Caisses disposent maintenant du Parcours Confiance, un réseau de conseillers chargés d'accompagner les créateurs d'activité vers le microcrédit.

 

Le microcrédit personnel

Comme il existe un microcrédit professionnel, il existe son pendant personnel. Il est proposé par l'Adie et est destiné aux salariés qui ont besoin d'un financement pour conserver leur emploi, mais qui n'ont pas d'autre possibilité d'emprunt. L'association leur propose alors une créance de 300 à 3 000 euros, remboursables en 6 à 36 mois, à un taux fixe de 7,53 %.

 

L'objectif ici est de vous permettre par exemple de passer le permis de conduire, véhicules légers ou poids-lourds, d'acheter une voiture, ou encore d'acheter du matériel. Vous pouvez également financer votre déménagement ainsi, si votre entreprise change de région et que vous souhaitez la suivre.

 

Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Venez la poser sur la Communauté !