Les aides disponibles pour les femmes créatrices d'entreprise

Community Manager Ben
Community Manager

 

iStock Vgajic - Aides femmes entrepreneures.jpg

 

 

Vous voulez devenir entrepreneure ? En plus des traditionnelles aides à la création d’activité, certaines sont spécifiquement destinées aux femmes, tout comme des réseaux d’accompagnement professionnel. Tour d’horizon.

 

La garantie du FGIF

 

Le fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF) est un dispositif d'État dont l'objectif est de faciliter l’accès au crédit bancaire pour les femmes souhaitant créer ou reprendre une entreprise en leur offrant une garantie. Il n’y a aucun critère d’âge, de ressources ou de statut juridique, il faut simplement que la responsabilité de l’entreprise soit assumée par une femme et qu’elle ait été créée ou reprise il y a moins de 5 ans.

Le FGIF permet de garantir un prêt d’au moins 5 000 euros, remboursable en 2 à 7 ans. Le taux de couverture est de 70 %, dans une limite de 45 000 euros. Le coût est relativement minime : 2,5 % de la somme garantie, soit 1 125 euros au maximum.

 

Les cheffes d’entreprises peuvent également en bénéficier pour financer des besoins de fonds de roulement et/ou des investissements (hors crédit-bail). Il s’agit de prêts inscrits dans le plan de financement de démarrage (création ou reprise d’entreprise) ou de développement de l’entreprise. La banque s’engage à ne pas prendre de caution personnelle. 

Pour y accéder, il vous faut envoyer un dossier de demande au Fonds territorial de France Active de votre région, qui vous communiquera les pièces à fournir en plus. Pour information, ce dispositif a permis à 2 382 femmes de créer leur entreprise, dont 78 % de demandeuses d'emploi.

 

Les prêts des CLEFE

 

Créés par l’association RACINES, les Clubs locaux d’épargne pour les femmes qui entreprennent (CLEFE) sont des groupements de particuliers qui épargnent des fonds ensemble (entre 15 et 140 euros par mois par personne) dans le but d’investir dans des projets d’entrepreneures.

Chacune des structures a ses propres conditions de prêts et modalités de remboursement. Toute créatrice d’entreprise souhaitant emprunter auprès de l’une des vingtaines de clubs doit signer une charte et une convention qui résume toutes les modalités. Le montant de l’emprunt dépend des capacités financières du CLEFE.

 

Les réseaux d’accompagnement dédiés

 

 

Les réseaux d’accompagnement entrepreneurial permettent aux créateur.rice.s d’entreprises d’optimiser leurs chances de succès en rencontrant d’autres dirigeants. Ils peuvent également proposer des stages de formation et d’information sur divers sujets.

Certains d’entre eux sont dédiés aux seules entrepreneures, comme Action’elles. Présente à Lyon, Paris et Bordeaux, l’association regroupe plus de 500 cheffes d’entreprise. Elle propose un accompagnement aux nouvelles venues, sous deux formes principales :

 

  • Du réseautage, au travers de petit-déjeuners, repas, ateliers ou encore des salons,
  • Des formations diverses couplées à des rendez-vous avec des experts sur certains domaines-clefs.

Force Femmes s’inscrit plus dans une démarche de solidarité. Créée en 2005, l’association se concentre sur l’accès à l’entreprenariat des femmes de plus de 45 ans. Pour ce faire, elle peut compter sur un réseau de plus de 600 bénévoles répartis dans une dizaine de villes.

 

Enfin, Les Premières est un réseau d'incubateurs répartis partout en France, mais aussi à l'étranger, en Belgique, au Luxembourg et au Maroc. Depuis 12 ans, il accompagne les femmes entrepreneures dans la réalisation de leur projet, de la formalisation de l'idée à la première levée de fonds. La structure affirme avoir accompagné plus de 2 000 cheffes d'entreprise.

 

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le dossier Entrepreneuriat au féminin, sur le portail de la Caisse d'Épargne.