Comment assurer vos enfants ?

journaliste à La Tribune

D'une simple maladie à leurs activités sportives, vos enfants ont eux aussi besoin d'être protégés, au moins aussi bien que vous. Quelles sont les assurances nécessaires à vos chères têtes blondes ?

 

L'assurance scolaire : facultative, mais...

Contrairement à son nom, l'assurance scolaire n'est pas nécessaire dans le cadre des activités obligatoires à l'école, mais pour celles qui sont facultatives. Ainsi, votre enfant doit être protégé lors des sorties au musée, lors des classes de mer ou de neige, mais aussi durant les activités mises en place après la fin des cours.

 

En théorie, votre enfant est déjà protégé pour les dégâts qu'il pourrait causer à ses camarades par la responsabilité civile de votre assurance multirisques habitation. Vous pouvez également disposer d'une garantie accidents de la vie, mais si ce n'est pas le cas, les accidents corporels qu'il peut subir ne sont pas couverts. Il est alors intéressant de souscrire à une assurance scolaire, qui comprend une garantie responsabilité civile et accidents corporels. Vous pouvez y ajouter une couverture contre le vol, mais aussi le racket ou encore la poursuite de la scolarité à domicile si votre enfant est malade.

 

Vous pouvez choisir votre propre assurance scolaire, ou prendre celle proposée par votre école via les associations de parents d'élèves. En fonction des options choisies, vous devrez débourser entre 10 et 60 euros par an.

 

L'assurance sportive : nécessaire

En dehors des cours et des activités périscolaires, votre enfant souhaitera certainement pratiquer une activité sportive, comme le football, la natation ou l'athlétisme. Vous n'êtes pas tenu de souscrire à une assurance spécifique, du moins en ce qui concerne la responsabilité civile. Il est couvert par votre assurance habitation et par l'assurance obligatoirement prise par la structure qui l'accueille.

 

En revanche, votre enfant n'est pas couvert s'il subit des blessures sans que personne ne soit en cause. Pour éviter ce désagrément, vous pouvez souscrire à une garantie des accidents de la vie. Elle prendra en charge les frais de santé en complément de la mutuelle. Le club peut également vous proposer une garantie individuelle accidents, dans le cadre de son assurance collective.

 

L'assurance maladie et la mutuelle

Jusqu'à ses 16 ans, votre enfant est rattaché à votre propre assurance maladie en qualité d'ayant droit. Il peut même bénéficier d'un double rattachement si vous et votre conjoint bénéficiez de deux systèmes différents. La procédure n'est toutefois pas automatique. Vous devez le déclarer à votre organisme à son arrivée dans le foyer via le formulaire S3705, accompagné d'une copie du livret de famille. Il bénéficie alors des mêmes droits que vous, mais n'a pas de carte Vitale propre : il doit utiliser la vôtre. Vous recevrez alors les remboursements directement.

 

À partir de 16 ans, votre enfant reçoit sa propre carte Vitale. Il peut demander à devenir un ayant-droit autonome. Il est toujours rattaché à votre assurance, mais reçoit ses remboursements sur son compte bancaire et dispose de son propre compte Ameli.

 

Après 18 ans, il est assuré de manière individuelle. Une mesure transitoire lui permet toutefois de bénéficier de la qualité d'ayant droit jusqu'à ses 21 ans s'il l'était déjà avant le 1er janvier 2016.

 

Concernant la mutuelle, vous pouvez rattacher vos enfants à vos contrats jusqu'à un certain âge, dépendant de sa situation (étudiant, apprenti, salarié…) et du contrat auquel vous avez souscrit. Au-delà, ils doivent souscrire à une complémentaire santé étudiante.

 

 Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Venez la poser sur la Communauté !