Comment financer les travaux de votre logement ?

Community Manager

 

iStock Sturti - Comment financer les travaux de votre logement.jpgFinancer les travaux de votre logement

 

Vous voulez rénovez votre logement, l’agrandir ou simplement le réarranger ? Il existe des aides pour vous accompagner dans leur financement, souvent sous conditions. Du prêt bancaire à l’aide à l’insonorisation, découvrez les principales solutions.

 

Le prêt bancaire                                                                   

Le prêt bancaire est la première solution pour financer les travaux de rénovation ou d’agrandissement de votre logement. Vous pouvez souscrire à un prêt à la consommation ou à un prêt personnel si le montant est peu élevé. Vous pouvez ainsi négocier le taux d’intérêt et les mensualités avec votre conseiller. N’hésitez pas à vous rapprocher de lui pour en discuter.

. Vous avez alors accès à un financement compris entre 5 000 et 92 000 euros, à un taux fixé à l’avance dès l’ouverture du compte : 4.20 % pour les PEL ouverts depuis le 1er août 2016, et 2,25 % pour les CEL ouverts depuis le 1er août 2015.

 

L’éco-prêt à taux zéro

Vous pouvez bénéficier d’un éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) si votre logement a été construit avant le 1er janvier 1990 et s’il s’agit de votre résidence principale. La liste des travaux éligibles est précise :

  • L’isolation thermique de la toiture ou d’au moins la moitié des murs donnant sur l’extérieur,
  • L’isolation thermique d’au moins la moitié des portes et fenêtres donnant sur l’extérieur,
  • L’installation ou le remplacement d’un système de chauffage ou d’eau chaude,
  • L’installation d’un système de chauffage ou d’eau chaude utilisant une source d’énergie renouvelable,
  • La réhabilitation de votre système d’assainissement individuel par un dispositif ne consommant par d’énergie,
  • Des travaux améliorant la performance énergétique globale au-dessous de 150 kWh/m²/an, après avoir effectué une étude thermique.

L’entreprise que vous sollicitez pour réaliser les travaux doit être certifiée Reconnu Garant de de l’Environnement (RGE).

Si vous remplissez ces conditions, vous pouvez contracter auprès de votre banque un éco-PTZ d’un montant maximum de 30 000 euros remboursables sur 15 ans maximum. Par ailleurs, pendant toute la durée de remboursement, vous ne pouvez utiliser votre logement pour des locations saisonnières ou le transformer en local commercial ou professionnel.

 

Les aides de l’Anah

L’Agence nationale de l’habitat (Anah) est un établissement public qui a vocation à améliorer le parc des logements privés. Dans cette optique, elle propose une subvention sous conditions de ressources aux propriétaires pour rénover leur résidence principale. Pour y avoir droit en 2017, votre revenu fiscal de référence de 2015 doit être inférieur à 24 194 euros en Île-de-France et 18 409 euros en province pour une personne seule, et 35 510 euros pour une couple (26 923 euros en province).

D’autres conditions sont à respecter :

  • Vous devez habiter dans le logement concerné pendant 6 ans, à compter du versement de la subvention,
  • Votre logement doit avoir au moins 15 ans,
  • Les travaux doivent être d’un montant minimum de 1 500 euros et concerner la salubrité ou la sécurité du logement, une adaptation pour une personne âgée ou handicapée ou encore l’amélioration de la performance énergétique.

Une fois votre demande déposée à la délégation départementale de l’Anah, votre demande est instruite par l’agence. En cas d’acceptation, vous pouvez toucher un maximum de 50 000 euros, versés à la fin des travaux.

 

Le CITE

Le CITE, pour crédit d’impôt pour la transition énergétique, vous permet de réduire votre impôt sur le revenu grâce à vos travaux d’amélioration de la qualité environnementale et de la performance énergétique de votre logement. Il concerne les ouvrages réalisés dans votre résidence principale, vieille de plus de deux ans, par une entreprise certifiée RGE fournissant l’équipement.

Les travaux éligibles sont les suivants :

  • Les travaux d’économie d’énergie : chaudière HPE ou à condensation, système de régulation du chauffage,
  • Les travaux d’isolation thermique : murs, plancher, toiture, porte d’entrée, vitres, etc,
  • Les équipements de production d’énergie renouvelable : éolienne, biomasse, panneaux solaires, etc,
  • D’autres travaux comme un diagnostic de performance énergétique ou l’installation d’une borne de recharge de voiture électrique.

Vous pouvez déduire 30 % des dépenses engagées de vos revenus, dans la limite de 8 000 euros pour une personne célibataire, et 16 000 euros pour un couple.

Le prêt de la Caf

La Caisse d’allocations familiales (Caf) peut vous accorder un prêt pour effectuer des travaux dans votre résidence principale si vous percevez une allocation familiale. Pour y avoir droit, vous devez remplir le formulaire dédié accompagné des devis détaillés.

Le montant de l’emprunt ne peut dépasser 80% du montant des travaux, dans une limite de 1 067,14 euros. Il est remboursable en 3 ans maximum, à un taux fixe de 1 %.

L’aide à l’insonorisation

Vous pouvez bénéficier d’une aide à l’insonorisation de votre logement si vous habitez à proximité d’un aéroport concerné par un plan de gêne sonore (PGS). La liste est la suivante : Bâle-Mulhouse, Bordeaux-Mérignac, Lyon-Saint-Exupéry, Marseille-Provence, Nantes-Atlantique, Nice-Côte d’Azur, les deux aéroports de Paris, Strasbourg-Entzheim et Toulouse-Blagnac.

Pour y avoir droit, vous devez envoyer votre demande par courrier recommandé avec avis de réception à l’exploitant de l’aéroport concerné. Si elle est acceptée, vous devez ensuite faire réaliser une étude acoustique par un professionnel, qui réalisera une estimation du coût des travaux. Vous pouvez ensuite faire établir des devis par l’entreprise de votre choix, puis les envoyer à l’exploitant.

Le plafond de l’aide dépend de votre éloignement de l’aéroport et de la nature de votre logement :

  • Maison : 5 000 euros pour la toiture, entre 2 900 et 3 500 euros par pièce, entre 1 075 et 1 850 euros pour la cuisine,
  • Appartement : entre 1 525 et 2 000 euros par pièce, entre 1 075 et 1 850 euros pour la cuisine.

Les aides locales

En plus de ces aides nationales, les collectivités locales proposent à leurs riverains des subventions et prêts pour leurs travaux, surtout s’ils concernent l’amélioration de la performance énergétique. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre mairie, agglomération ou conseil départemental ou régional.

 

Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Venez la poser sur la Communauté !