Comment placer votre participation ?

journaliste à La Tribune

En tant que salarié, vous pouvez toucher une prime correspondant à une part des bénéfices de votre entreprise. Cela s'appelle la participation. Cette somme peut être directement versée sur votre compte courant ou placée sur un plan d'épargne convenu par votre employeur.

 

En tant que salarié, votre travail participe directement à la réalisation de bénéfices par votre entreprise. Celle-ci peut décider de vous remercier en vous en reversant une partie, sous la forme d'une prime appelée participation. Son montant dépend évidemment du résultat de la société, mais ne peut dépasser 29 799 euros par employé en 2018.

 

Cette prime est décidée par un accord passé entre la direction et les représentants du personnel. Ils conviennent de son mode de calcul et de versement, ainsi que des règles de sa gestion, c'est-à-dire les options de placement proposées aux salariés.

 

Vous percevez votre participation

Si vous le souhaitez, vous pouvez obtenir le versement immédiat de votre participation sur votre compte courant. La demande doit en être faite au plus tard 15 jours après la date à laquelle vous avez été informé de son existence. Elle vous sera alors transférée dans les cinq mois suivant la clôture de l'exercice concerné, amputée des contributions sociales (CSG et CRDS), à un taux de 16,5 %.

 

Une fois l'argent perçu, vous avez toute latitude pour le placer où bon vous semble. Vous pouvez vous en servir comme d'un apport pour un investissement dans l'immobilier locatif, souscrire à une assurance vie ou encore vous lancer sur les marchés financiers en ouvrant un plan d'épargne en actions.

 

Vous voulez placer votre participation

Si vous ne souhaitez pas percevoir immédiatement votre participation, elle sera placée sur un plan d'épargne et bloquée pendant cinq ans. Vous pouvez toutefois procéder à un déblocage anticipé dans certains cas, comme votre mariage, la naissance de votre troisième enfant ou une invalidité.

 

Le mode d'épargne à votre disposition dépend de l'accord de participation négocié dans votre entreprise. Il peut s'agir de plusieurs dispositifs. Le premier est le Plan d'épargne entreprise (PEE). Il s'agit d'un portefeuille de valeurs mobilières (actions de l'entreprise, parts de Sicav ou fonds communs de placement d'entreprise) soutenu par l'entreprise et dans lequel tous les salariés peuvent investir. Avant d'y déposer votre argent, vous recevez un livret récapitulant les modalités d'investissement du PEE. Votre société peut par ailleurs compléter votre versement par ce que l'on appelle un abondement. Il ne peut être supérieur à trois fois votre propre investissement ou 3 178,56 euros par an.

 

Votre deuxième option est le Plan d'épargne pour la retraite collectif, plus connu sous son acronyme Perco. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un livret commun à tous les salariés de votre entreprise vous permettant de vous constituer une épargne en prévision de la retraite. Vous avez le choix entre au moins trois supports d'investissement différents, chacun correspondant à un mode de gestion (prudent, équilibré, actif). Comme pour le PEE, votre employeur peut compléter le versement de votre participation par un abondement, qui ne peut dépasser trois fois son montant ou 6 357,12 euros. En revanche, les sommes qui y sont déposées sont indisponibles jusqu'au jour de votre retraite, sauf cas particulier (invalidité, achat d'une résidence principale…).

 

Dans ces deux cas, la somme rendue indisponible est exonérée d'impôt sur le revenu tant qu'elle reste placée. Elle redeviendra imposable au moment où vous la sortez de votre PEE ou de votre Perco.

 

Vous pouvez compléter vous-même votre participation par un versement volontaire dont le montant ne peut dépasser 25 % de votre salaire annuel brut. En revanche, vous ne pouvez pas les déduire de vos revenus imposables.