Comment préparer au mieux votre retraite ?

Community Manager

iStock Vesna Andjik - Préparer au mieux votre retraite.jpgPréparer au mieux sa retraite

Après une vie à travailler, vous pourrez prendre une retraite bien méritée. Mais pour en profiter au mieux, il faut anticiper la baisse de revenus qui l'accompagne. Voici quelques conseils pour y remédier.

 

L’âge légal de départ à la retraite est fixé aujourd’hui à 62 ans. En revanche, vous devez avoir travaillé 172 trimestres, soit 43 ans pour bénéficier d’une pension de base à taux plein. Il s’agit donc d’une longue période, mais il ne faut pas négliger l'après. En effet, la retraite à taux plein représente 50% de la moyenne des salaires reçus lors des 25 meilleurs années de votre carrière. Cela représente une baisse franche de vos revenus.

Heureusement, vous et votre employeur cotisez à des caisses de retraite complémentaire, l’Arrco (pour les salariés non-cadres) et l’Agirc (pour les salariés cadres), fonctionnant sur la base d’un système par points que vous accumulez grâce à vos cotisations. Ce complément peut augmenter votre pension de manière importante. Pour estimer vos droits, vous pouvez utiliser le simulateur dédié, qui utilise vos données réelles.

 

Épargner pour anticiper

Il existe des moyens de conserver votre pouvoir d’achat une fois la retraite venue, mais il faut commencer tôt, idéalement à partir de 30 ans.

Tout d’abord, l’assurance-vie : facile d’accès, vous pouvez moduler vos versements en fonctions de vos revenus et choisir le mode de gestion de vos avoirs adapté à votre profil d’investisseur (plus ou moins d’unités de comptes…). Les les produits éventuels peuvent être imposés de manière dégressive, et la rente viagère que vous pourrez toucher bénéficiera d’un abattement en fonction de votre âge. Il sera de 50% si vous décidez de la toucher à partir de 50 ans, puis 60% au-delà de 60 ans et enfin 70% à partir de 70 ans. Cela peut valoir le coup d’attendre, d’autant plus que vous aurez la possibilité de continuer à épargner, ce qui augmente encore votre pension.

D’autres dispositifs sont spécifiquement dédiés à la constitution d’un complément de pension de retraite : il s’agit du Plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco), destiné aux salariés, et du Plan d’épargne retraite populaire (Perp), ouvert à tous les particuliers, à souscrire auprès d’une banque, mutuelle ou assurance. Les méthodes d’épargne diffèrent :

  • Le Perco : les versements ne sont pas libres, vous pouvez seulement y déposer les sommes perçues de la participation et de l’intéressement et les droits de votre compte épargne temps. Votre employeur, lui, peut l’abonder de son côté, dans la limite de 6 276,48 euros par an en 2017,
  • Le Perp : les sommes que vous y versez sont déductibles de votre revenu imposable, en respectant la double limite de 10% de vos gains et 30 432 euros par an (chiffres 2017).

Les règles d’imposition de la sortie en rente sont les mêmes que pour l’assurance-vie.

Enfin, si votre profil d’investisseur s’y prête, vous pouvez ouvrir un PEA. Le Plan d’épargne en actions vous permet d’investir votre argent sur les marchés financiers. Il présente un avantage de taille : toute sortie d’argent plus de 8 ans après l’ouverture du compte est exonérée d’impôt sur le revenu. Vous ne devez que les prélèvements sociaux, à un taux de 15,5%.

 

Investir dans la pierre

Acheter un logement pour le louer peut vous permettre de toucher encore un autre complément de revenus à la retraite. Il s’agit là encore d’un investissement à long terme, puisqu’il vous faudra très certainement contracter un emprunt pour acquérir un bien.

Faites alors attention à avoir remboursé votre prêt avant la fin de votre vie active, pour ne pas avoir de problèmes dans la gestion de votre budget. Une fois cela fait, vous aurez deux solutions le moment venu :

  • Soit le louer effectivement pour toucher un complément de revenus,
  • Soit le revendre pour récupérer le capital et, pourquoi pas, réinvestir dans d'autres placements adaptés à votre situation.

Vous pouvez également investir dans la pierre papier, autrement dit dans des parts de SCPI. Cela vous permet de toucher une rémunération régulière sans vous occuper personnellement des logements, et même accéder à l’immobilier d’entreprise, plus rémunérateur mais beaucoup moins abordable autrement.

 

Yvan Brax, journaliste à La Tribune

 

Vous avez une question ? Venez la poser sur la Communauté !